Plusieurs percées dans la science du cerveau au cours des dernières années suggèrent que les humains ont réellement le pouvoir d’augmenter la taille leur cerveau. Cela peut changer votre vie de tant de façons, de l’augmentation de la mémoire à l’exploitation de la puissance de votre cerveau pour créer de nouveaux neurones.

Façons d’augmenter la taille de votre cerveau

1. Prenez la posture

Le yoga combine la respiration, les postures de maintien et la méditation, un tiercé qui non seulement protège l’intégrité de votre cerveau, mais qui épaissit aussi les couches de votre cortex cérébral. Les scintigraphies cérébrales révèlent maintenant que le  yoga modifie la  chimie de votre cerveau de manière positive. Il aide à construire des niveaux plus robustes de matière grise dans les zones du cerveau impliquées dans la modulation de la douleur.

Les propriétés neuroprotectrices du yoga n’épargnent pas seulement le cerveau de la perte de matière grise, mais elles semblent également augmenter le volume de matière grise dans certaines régions du cerveau. Ceci est important car la perte de matière grise peut entraîner des troubles de la mémoire, des problèmes émotionnels, une tolérance moindre à la douleur et une diminution du fonctionnement cognitif.

En 2015, des chercheurs de l’Université McGill et du National Institutes of Health (USA) ont constaté que l’ancienneté de votre pratique est également importante. Les années de pratique du yoga  étaient associées à des changements positifs dans l’hémisphère gauche, y compris l’augmentation des volumes de matière grise dans les amas situés dans l’insula gauche, l’opercule frontal gauche, le gyrus temporal moyen droit et le cortex orbitofrontal gauche. Ces zones du cerveau sont impliquées dans:

  • Perception
  • Contrôle moteur
  • Connaissance de soi
  • Fonctionnement cognitif
  • Expérience interpersonnelle
  • Inhibition
  • Contrôle des impulsions
  • Comportement social
  • Traitement de la mémoire
  • Émotion et prise de décision enrichissante

Si vous n’avez pas pratiqué pendant les dernières années, ne vous inquiétez pas, votre cerveau change encore. Ces mêmes chercheurs ont constaté que le nombre d’heures de pratique hebdomadaire correspondait au volume de matière grise dans différentes régions du cerveau, y compris l’hippocampe, le cortex visuel primaire, le cortex somatosensoriel primaire / lobule pariétal supérieur et le cortex précunéien / cingulaire postérieur.

Ces zones du cerveau comprennent des fonctions liées à:

  • Connaissance de soi
  • Système limbique (régulation des émotions)

 

2. Jongler

Il est clair que la jonglerie augmente la coordination main / œil, mais ce qui se passe à l’intérieur de votre cerveau tout en jonglant est absolument incroyable. Jongler n’augmente pas seulement la matière grise de votre cerveau, la partie du cerveau qui contient les corps des cellules nerveuses. Cela aide également une partie de votre cerveau qui améliore la croissance des connexions cellulaires. En 2009, des scientifiques de l’Université d’Oxford ont découvert que le jonglage augmente la «substance blanche» de votre cerveau. La matière blanche est constituée de parties du cerveau contenant principalement des axones. Ce sont des excroissances de cellules nerveuses qui servent de connecteurs cellulaires.

Les participants à l’étude pratiquaient la jonglerie pendant une demi-heure par jour pendant six semaines. Avant et après diffusion, l’imagerie cérébrale tensorielle a montré que, bien que la substance blanche dans le cerveau du groupe témoin non jonglant ne changeait pas, les jongleurs jouissaient de plus de matière blanche dans la partie lobe pariétal du cerveau. Et notez ceci: La masse blanche s’est accumulée chez tous les jongleurs, indépendamment de leur capacité à jongler. Le lobe pariétal contribue à la conscience spatiale, à la proprioception et au traitement du toucher.

3. Méditer

De nombreuses études suggèrent que s’engager dans la méditation quotidiennement modifie structurellement votre cerveau pour le mieux. En 2011, des chercheurs de l’hôpital général de Harvard et du Massachusetts ont publié une étude révolutionnaire montrant que la méditation guidée  et la réduction du stress basée sur la pleine conscience conduisaient à des changements cérébraux mesurables dans les domaines de la mémoire humaine, de la compassion et du stress. En fait, pratiquer la méditation de pleine conscience pendant seulement huit semaines change votre cerveau d’une manière que les scanners IRM peuvent détecter. (La méditation de pleine conscience implique de prendre conscience de ce qui est vrai moment par moment, d’être présent et de porter attention à ce qui se passe à ce moment-là d’une manière non -judiciaire.

Les images IRM ont montré plus de densité de matière cérébrale dans les centres de la compassion, de l’apprentissage et de la mémoire de l’hippocampe comparé aux scans de pré-méditation. Fait intéressant, la matière grise dans l’amygdale, un centre du stress et de l’anxiété, a diminué. Tout cela s’est produit avec une moyenne de 27 minutes de pratique de méditation par jour pendant seulement huit semaines.

Nous savons par des études antérieures que cette  réduction du stress basée sur la pleine conscience  renforce le cortex cingulaire postérieur, la jonction temporo-pariétale et les zones du cervelet. Ces domaines impliquent l’apprentissage et la mémoire, la régulation des émotions, l’empathie et le sens de soi.

Les régions du cortex préfrontal et de l’insula antérieur droit du cerveau étaient plus épaisses chez les méditants. Ces zones ont un impact sur le traitement sensoriel. Les chercheurs disent que selon les propriétés d’économie de cerveau, la méditation pourrait être un moyen de compenser l’amincissement cortical lié à l’âge.

4. Apprenez à jouer d’un instrument (en particulier à un jeune âge.)

Apprendre à jouer de la musique augmente littéralement la taille de votre cerveau, avec le plus grand impact sur les enfants qui commence la musique avant l’âge de 7 ans. En fait, les scientifiques étudiaient les effets de la musique pour traiter une gamme de troubles de l’apprentissage. Les détails sont étonnants. Une formation musicale à long terme et de haut niveau permet aux musiciens de mieux intégrer les informations sensorielles de l’ouïe, du toucher et de la vue.

Alors, comment ça marche? Les scientifiques expliquent que les circuits cérébraux impliqués dans l’improvisation musicale sont façonnés par un entraînement systématique, conduisant à moins dépendre de la mémoire de travail et à une connectivité plus étendue. Certains des changements cérébraux qui se produisent avec la formation musicale reflètent l’automatisation de la tâche (tout comme on réciterait une table de multiplication) et l’acquisition de compétences sensorimotrices et cognitives très spécifiques requises pour divers aspects de l’expertise musicale.

« Jouer d’un instrument de musique est une expérience multi-sensorielle et motrice qui crée des émotions et des mouvements – des tapotements aux danses – et engage des systèmes de plaisir et de récompense dans le cerveau. Cela a le potentiel de changer la fonction et la structure du cerveau lorsque c’est fait sur une longue période de temps. Une formation musicale intense génère de nouveaux processus dans le cerveau, à différents stades de la vie, et avec une gamme d’impacts sur la créativité, la cognition et l’apprentissage. »- Gottfried Schlaug, MD, PhD, expert en plasticité cérébrale de Harvard

Et apprendre à jouer avant l’âge de 7 ans, selon une étude publiée dans le Journal of Neuroscience , crée de meilleures connexions à travers la partie du cerveau du corps calleux qui relie les hémisphères droit et gauche du cerveau. La formation musicale avant l’âge de 7 ans modifie la connectivité de la matière blanche d’une manière qui favorise une infrastructure cérébrale bien connectée à l’âge adulte.

Découvrez les autres moyens naturels pour augmenter la taille de votre cerveau :

5. Obtenez des oméga-3 de haute qualité.

Une étude publiée en 2014 dans  Neurology a révélé que la présence d’acides gras oméga-3 circulants dans le corps est liée à un plus grand cerveau. Les personnes ayant deux fois les taux d’oméga-3 DHA et d’EPA ont un volume cérébral d’environ 0,7% plus élevé que les personnes ayant un faible taux. Le groupe riche en oméga-3 avait également un hippocampe de 2,7 pour cent plus gros. (Cette partie du cerveau implique la mémoire.) Les personnes mangeaient des poissons gras non frits comme le saumon et le maquereau, ainsi que des suppléments, pour obtenir des oméga-3.  Assurez-vous simplement que votre huile de poisson ne provient pas de poissons que vous ne devriez jamais manger .

Je conseille toujours de manger des aliments riche en oméga-3  pour obtenir vos nutriments, et de les compléter si vous n’en consommez pas assez. Bien que l’ huile de poisson soit bénéfique pour la santé , il est important d’éviter les huiles de mauvaise qualité.

6. Avoir des relations sexuelles

Avoir des rapports sexuels réguliers pourrait être un moyen naturel de fabriquer plus de neurones. Dans une étude sur des animaux, des chercheurs de l’Université du Maryland ont découvert que le sexe favorise la formation de nouveaux neurones et améliore la fonction cognitive. Cette création de neurones est connue comme une neurogenèse. D’autres recherches montrent que le sexe peut aider à préserver la mémoire à long terme, la protégeant pendant les périodes de stress élevé.

7. Ne sautez pas votre cardio

Les adultes plus âgés peuvent en fait augmenter le volume de leur cerveau dans les régions du cerveau liées liée à l’âge et au déclin de la fonction cognitive. En fait, une étude phare de 2006 a révélé que l’exercice aérobique régulier augmentait considérablement les régions grises et blanches du cerveau. Ces mêmes résultats n’étaient  pas évidents dans les groupes d’étirement et de tonification.

Et tandis que je suis un grand fan des séances d’entraînement HIIT parce qu’elles stimulent le métabolisme et brûle plus de graisse que le cardio traditionnel, réfléchissez à deux fois avant de vous débarrasser complètement des épisodes d’exercices aérobiques plus longs et moins intenses. Une étude sur les animaux suggère que le jogging modéré chaque jour se traduit par un cerveau grouillant de nouveaux neurones. Dans le groupe d’entraînement par intervalles à haute intensité, pas réellement d’augmentation.

8. Regardez du coté du jeûne intermittent

Les premières indications d’études animales suggèrent également que la pratique régulière du jeûne intermittent peut avantageusement épaissir certaines parties de votre cerveau tout en stimulant la fonction cérébrale. Le jeûne intermittent pour les femmes  est de plus en plus populaire pour ses capacités de compensation du brouillard cérébral. Ce type de jeûne implique un bref jeûne où, pendant 12 à 16 heures ou plus, vous ne mangez rien sauf de l’eau (quelques exceptions s’appliquent). Et même si cela peut sembler incroyablement difficile à réaliser, vous pourriez déjà être en train de jeûner sans le savoir si vous dînez, par exemple, à 19 h et que vous rompez votre jeûne le matin entre 7 h et 10 h.

Les études médicales suggèrent que le jeûne intermittent non seulement augmente l’énergie, mais aussi:

  • Rend moins insulino-résistant, évite les graisses et les maladies liées à l’insuline en réduisant les taux d’IGF-1 circulant et en augmentant la sensibilité à l’insuline sans abaisser le taux métabolique au repos
  • Peut améliorer l’immunité, réduire le risque de diabète et améliorer la santé cardiaque
  • Augmente la production de facteur de croissance neurotrope cérébral – une protéine qui favorise la croissance et la protection des neurones – nous rendant plus résistants au stress neurologique et ainsi repousser les maladies neurodégénératives

9. Gardez un oeil sur la recherche sur les champignons psilocybe

Les champignons de Psilocybine  sont officiellement connus sous le nom de Psilocybe cubensis. C’est le nom scientifique de plus de 100 espèces de champignons qui contiennent de la psilocybine et de la psilocine. Ce sont deux composés qui expliquent les hallucinations et les «trébuchements» qui se produisent lorsqu’une personne ingère ces champignons.

Bien qu’ils ne soient pas encore légaux, les chercheurs médicaux étudient ces composés de «champignons magiques» pour en apprendre davantage sur la façon dont ils peuvent bénéficier au cerveau. Dans une découverte surprise, des chercheurs de l’Université de Floride du Sud ont découvert que de faibles doses du médicament psychédélique effaçaient la réaction de peur conditionnée chez la souris tout en aidant le cerveau à donner naissance à de nouveaux neurones. Dans l’étude, publiée dans  Experimental Brain Research en 2013, les chercheurs suggèrent que ces composés de champignons pourraient servir un jour de traitement pour le TSPT (Trouble de stress post-traumatique).

0/5 (0 Reviews)

Pin It on Pinterest

Share This

Share This

Share this post with your friends!